C’est un véritable cri d’alarme que le président de la Fédération Nationale du Textile, Belhassen Gherab : les graves carences des services de Rapid-Poste risquent d’avoir des conséquences dramatiques sur le secteur textile. M. Gherab en veut pour preuve«les problèmes d’acheminement des colis entre la Tunisie et l’Europe (…) ont provoqué l’exaspération des clients et partenaires étrangers à tel point qu’ils menacent sérieusement de rompre leurs relations avec les producteurs tunisiens au profit d’autres pays». Ces problèmes prennent la forme d’une multiplication des formalités d’envoi, de réception et de livraison des colis et même de leur perte ; de techniques rudimentaires de traitement, de stockage et de conservation des colis et d’une inadaptation totale des horaires de travail.

Dans une conjoncture particulièrement difficile pour l’économie nationale, la mise à exécution d’une telle menace reviendrait carrément à une mise à mort d’un secteur qui emploie près de 200000 personnes compte tenu de le concurrence à laquelle il doit faire face de la part des exportateurs asiatiques qui l’oblige« à jouer à fond la carte du circuit court et ultra court». Pour remédier à ces dysfonctionnements, la fédération propose «une refonte fondamentale de l’organisation de Rapid-Poste» et notamment sa mise à niveau pour l’aider à se mettre au diapason des standards internationaux. Cela demande certainement du temps, c’est pourquoi, il est proposé la levée du monopole d’Etat sur ce service.